Une nouvelle vie dans l’ancien abattoir

Julian Meier, Responsable de campagne élections du Grand Conseil 2022, SP:PS novembre 2021

Des copeaux de bois volent à côté des voitures garées: le sculpteur sur bois Christian Ryter est au travail. Juste en face, une cliente vient chercher son vin à la Cave des Gourmets. Peu de temps après, ils doivent faire de la place: Tout un convoi de voitures de travail de la plâtrière Baronello se dirige par à-coups vers les chantiers. Le site de l’abattoir à Bienne est animé – et pourtant il ne l’est pas. L’ensemble de la zone est actuellement loué par le Département des immeubles de la Ville de Bienne à des utilisateurs intérimaires, principalement comme espace de stockage et de stationnement.

Il ne faut pas beaucoup pour imaginer un espace public vivant ici. Un bistrot, des ateliers et des salles d’exposition, un petit cinéma dans ces halles à l’architecture impressionnante? Et à la place de ce béton gris, la Suze restaurée qui insuffle une nouvelle vie à la zone.

Le potentiel de ce site de 8000m2, peu connu jusqu’à présent, est évident. Au vu de l’emplacement – à quelques pas de la gare et au milieu du pôle de développement au sud de la gare – on se demande incrédule: une si belle surface pour un parking et un espace de stockage?

L’association du centre culturel des abattoirs, fondé au printemps, fait campagne pour une utilisation publique permanente du site. Avec l’abandon définitif de l’axe ouest, il existe une opportunité historique de façonner le développement de ce site de manière participative. Ces derniers mois, la culture s’est déjà installée: une oeuvre d’art de Ritzwirth sur la Kulturparkplatz, une piste de boules pop-up, une ronde de discussion sur le développement urbain et un cinéma en plein air. Le vif intérêt suscité par les événements organisés par le GI en témoigne: Bienne a besoin d’un espace ouvert et d’un centre culturel public dans l’ancien abattoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.