Droit de vote dès 16 ans

Karim Saïd, Vice-président PSR, SP:PS novembre 2021

Cinquante ans après l’introduction du suffrage féminin, une partie de la population, telle que les jeunes dès 16 ans, ne dispose toujours pas du droit de vote.

Dernièrement, le Grand Conseil bernois s’est prononcé en faveur du droit de vote dès 16 ans au niveau cantonal. Mais la population devra voter à ce sujet. Depuis que Glaris a introduit ce droit en 2007, aucun autre canton n’a franchi le pas. Au niveau fédéral, une initiative parlementaire de Sibel Arslan (Verts/BS) a été acceptée par le Conseil national, tandis que la Commission des institutions politiques du Conseil des Etats l’a approuvée. A l’heure où l’âge médian des votants est particulièrement élevé (57 ans), abaisser l’âge du droit de vote prend tout son sens dans une démocratie directe.

Les jeunes pourraient également signer des initiatives populaires. J’ai personnellement pu observer la frustration de jeunes qui ne pouvaient pas la signer en raison de leur âge.

A l’âge de l’affirmation de soi et de la volonté de s’émanciper de l’influence familiale, beaucoup de jeunes s’investissent au sein des sections de jeunes des partis et s’impliquent massivement pour des causes qui leur sont chères, comme le climat. Il est donc injuste de les ignorer, d’autant plus que beaucoup de sujets les concernent directement.

Enfin, de l’expérience glaronaise, il ressort que la participation des jeunes à la Landsgemeinde est massive. Ils ont le courage de s’exprimer, en faisant d’excellents discours devant 6000 personnes. Plus personne ne critique ce droit, y compris le président des Jeunes UDC. Voilà qui devrait convaincre les plus sceptiques!

Malgré des votes prometteurs, la route est encore longue pour que le vote dès 16 ans soit généralisé. D’ici-là, toute amélioration, aussi minime soit-elle, sera la bienvenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *