2 x OUI au budget 2023 !

Le projet de budget 2023 est équilibré et garantit l’avenir de Bienne.  

  • Le projet de budget proposé par le Conseil de ville est bien meilleur que celui élaboré initialement par le Conseil municipal. 
  • Le projet de budget contient des mesures d’économie ciblées visant à alléger les finances communales, tout en préservant les prestations importantes pour la population biennoise (nettoyage des rues, déneigement des trottoirs, soutien à la culture, à la jeunesse et au sport, etc.). 
  • Le projet de budget maintient des investissements dans des projets d’avenir pour la ville de Bienne (p. ex. rénovations d’écoles, infrastructures sportives, espaces publics). 
  • Afin d’améliorer la situation côté recettes, le projet de budget prévoit une hausse modérée de la quotité d’impôts, qui concernera avant tout les ménages fortunés et les entreprises aux gros bénéfices. 

Maintenons les prestations à la population !

  • Le Conseil de ville à majorité de gauche a refusé des coupes dramatiques proposées par le Conseil municipal, qui visaient notamment la culture, les institutions de jeunesse, le personnel de la Ville ou encore le nettoyage des rues. 
  • Mais rien n’est acquis ! La population biennoise doit montrer son attachement à ces prestations. Pour que celles-ci soient définitivement sauvées, un OUI clair doit être donné au budget 2023.
    • Culture, jeunesse et sport: En cas de refus du budget, des institutions telles que le Jardin Robinson ou la Villa Ritter seraient menacées. Une réduction du soutien à la culture, une hausse des frais pour les associations sportives et des frais pour les activités extra-scolaires sont aussi à craindre.
    • Rues propres, quartiers vivants, sécurité de proximité: En cas de refus du budget, il faut s’attendre à une réduction du nettoyage des rues et à une suppression du Service d’intervention et de prévention (SIP). Certaines associations de quartier seraient également menacées.
  • En cas de refus, un nouveau projet de budget 2023 sera élaboré. Il faudra alors compter avec des coupes encore plus drastiques dans certaines prestations à la population  jusqu’ici préservées. Cela pourrait concerner une augmentation des frais pour les activités extra-scolaires et les associations sportives, la disparition d’institutions pour les jeunes ou encore de nouvelles coupes dans la culture.

Lors des débats sur le budget, la gauche a agi de manière responsable.

  • La presse a voulu faire croire que la gauche refusait en bloc les économies proposées par le Conseil municipal. C’est absolument faux ! Elle a examiné toutes les mesures dans le détail et proposé une solution de compromis pragmatique.
  • Sur les 25 millions de francs de mesures proposées dans le projet « Substance 2030 », le Conseil de ville à majorité de gauche a validé des mesures pour près de 19 millions de francs. 
  • La gauche, fidèle à ses valeurs, a refusé les coupes qui touchaient aux prestations bénéficiant à la population et au rayonnement de la Ville de Bienne. 
  • La droite, quant à elle, n’a formulé aucune proposition constructive relative au budget. A présent, elle appelle à refuser celui-ci par pure idéologie. Cela montre son manque de fiabilité. 

Rejeter le budget 2023, la pire des solutions.

  • En cas de refus du budget le 27 novembre, la Ville de Bienne débuterait l’année 2023 sans budget. Cela aurait des conséquences graves : suspension du soutien de la ville à de nombreuses associations et institutions locales, blocage des subventions à la création culturelle et aux manifestations pour la population, réduction du nombre de manifestations à l’attention de la population, frein aux dépenses courantes de la ville, administration paralysée
  • La directrice des finances Silvia Steidle elle-même l’a dit : « J’espère vraiment que nous aurons un budget. Si nous ne l’avons pas, c’est la pire des situations. » (Journal du Jura, 22.10.2022). 
  • Les partis qui appellent à refuser le budget sont irresponsables.

La Ville de Bienne n’est pas au bord du gouffre financier.

  • La situation financière de Bienne est certes fragile, comme de nombreuses communes suisses, mais elle n’est de loin pas aussi catastrophique que la droite essaie de le faire croire.
  • La Ville de Bienne est considérée par les banques comme un payeur fiable. Elle dispose de confortables réserves financières, notamment sous forme immobilière. 
  • Nous sommes très loin d’une situation dans laquelle le canton imposerait un budget à la ville de Bienne. En plus de ses réserves normales, la ville de Bienne pourrait décider d’utiliser d’autres réserves pour empêcher une telle mesure par le canton. 
  • Si la situation financière de la Ville est fragile aujourd’hui, c’est notamment en raison des réformes sur la fiscalité des entreprises imposées par la droite (p. ex. RFFA), qui profitent aux grandes entreprises. Entre autres, ces réformes ont fait fondre les revenus fiscaux de Bienne d’environ 15 millions de francs ces dernières années. 
  • La qualité des prestations à la population, l’offre culturelle et le cadre de vie sont les principaux arguments qui permettent à notre ville de rester attractive. En coupant dans ces prestations, la Ville de Bienne se tire une balle dans le pied. Un OUI au budget permet de maintenir l’attractivité de Bienne.  

Investissons dans l’avenir de Bienne !

  • La culture, le bilinguisme, la qualité des prestations à la population sont les principaux éléments qui permettent que notre ville reste attractive. 
  • Le Conseil de ville a retiré du budget les mesures d’économie dans ces domaines, car cela serait se tirer une balle dans le pied. 
  • Le budget maintient des investissements dans des projets d’avenir pour la ville de Bienne (p. ex. rénovations d’écoles, infrastructures sportives, espaces publics). 
  • Voter OUI au budget 2023, c’est renforcer l’attractivité de Bienne et garantir sa prospérité future.  

Adapter la fiscalité pour assainir les finances biennoises

  • Ces dernières années, en raison des réformes imposées par la droite, la Ville de Bienne a perdu des millions de francs de recettes fiscales. 
  • Face à cette situation, une modification de la quotité d’impôts est indispensable pour maintenir la qualité de vie et développer notre ville.
  • Deux variantes au choix sont proposées à la population : soit une petite augmentation pour tout le monde, soit une augmentation un petit peu plus forte pour les entreprises qui ont fait du bénéfice.
  • Cette hausse d’impôt est responsable socialement, puisqu’elle sera avant tout portée par les ménages fortunés et les entreprises aux gros bénéfices. Les PME et les ménages aux revenus modestes seront largement épargnés.
  • Pour la grande majorité des ménages, la hausse sera très modeste. Près de 80 % de la population biennoise disposent d’un revenu imposable inférieur à 60 000 francs, ce qui représentera pour ces personnes une hausse maximale de 30 francs par mois. Il ne s’agit pas – comme la droite l’affirme – d’une augmentation de 20% des impôts !
  • La hausse d’impôts épargne largement les PME. En effet, une majorité des PME biennoises réalisent de petits bénéfices et ne sont donc pas imposables. 
  • Sont essentiellement concernées les entreprises qui réalisent des bénéfices importants. Il est normal que celles-ci soient solidaires des petits contribuables et apportent leur contribution au développement de Bienne. 
  • Si on augmente les impôts, il n’est pas logique de baisser les prestations offertes en parallèle, au contraire. L’augmentation d’impôts sert au maintien des prestations actuelles et à poursuivre leurs développements pour assurer aux générations futures une ville dynamique et attractive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *